Draguer avec son MJ...

Publié le par Narrateur de jeu

Dans le jeu de rôles , le "roleplay", la théâtralisassions si vous préférez, est indispensable. C'est une des composantes essentielles, qui en fait son si grand intérêt. Et puisque l'on incarne un personnage, il faut le rendre crédible avec ses défauts et ses faiblesses. Mais là où ça peut très vite dégénérer, c'est quand les sentiments s'en mêlent. Les personnages aiment et ressentent, et parfois ils ont même comme quête de rencontrer leur moitié. Et là, il faut charmer, séduire, conquérir, plaire, draguer, fleur-ter... sans parler des suites... Et si l'on y mêle le rôleplay, alors là, une fois sur deux, ça dérape... C'est dans ce genre de situation, qu'il faut avoir beaucoup d'imagination pour réussir à faire abstraction de l'entourage...

Il y a aussi les joueurs(joueuses) dragueurs (dragueuses), qui ne peuvent pas s'empêcher de coller de la "romance" partout où ils passent, et quelquesoit le style et l'ambiance du jeu.





Là dessus la palme revient à la frangine , et son personnage de SdA, Fréméric Darie, un guerrier du Gondor qui drague tout ce qui bouge... et quand je dis draguer... (On a affaire là au personnage bien gras et vulgaire, qui n'a rien à faire dans une saga de ce genre, et qui salit en quelques secondes des heures des scénario préparé avec passion.)

Dans ses hauts faits :

- il y a l'arrêt d'auberge, ou :
serveuses (pas l'temps je travaille),
patronne (NOM MAIS DITES DONC !!!),
jeunes filles (haaaaa ! mais vous sentez l'écurie !...),
paysannes (ha mais j'aperçois mon mari qui rentre),
cuisinières (mais arrêtez voyons, je dois servir les clients),
prostituées(hé non vous n'avez pas assez d'argents),
 tout y passe...

Et pour ne pas ralentir le jeu il me fallait à chaque fois trouver une raison différentes pour systématiquement repousser l'ardent jeune guerrier. Tout ça pour finir par m'entendre dire : " Mais y a rien de baisable dans ton auberge, tu le fais exprès pour m'emmerder ! En plus je joue mon perso comme il est là !." Yeah ! Je suis sur que Tolkien apprecierait... Dans le genre beauf, ça se pose là !
 

Et ça ne s'arrête pas là :


- la défense de la jeune fille maltraitée, oui ! MAIS uniquement dans l'espérance d'une récompense en nature...

- se faire la fille de l'orfèvre dans une pièce voisine pendant que les copains eux, bossent, essaient d'obtenir des informations avec l'orfèvre, et de faire avancer l'histoire...

- a draguer le perso féminin d'une autre joueuse qui étant nouvelle, était un peu gênée du rentre dedans de la frangine. Et qui de tout façon fini par se faire rembarrer quand même... (Encore une joueuse qui sera dégouté du JDR, à cause du comportement vulgaire et grossier d'un des membres...)

-a Cthulhu, en 1920, plotter (masturber, après avoir fait tomber le pantalon)  un PNJ qui venait d'être torturé, pour obtenir enfin des informations, et ceux devant l'assemblée des autres PJs... (quelle bonne idée !)

Bref on ne s'embête jamais avec la frangine... Tout dans la finesse ! Quel Héroïsme dans ses personnages... 
Mais j'en connais d'autres, qui sont pas mal aussi...
Entre les joueurs qui font de la romance entre leur personnages respectifs, voir même qui veulent des enfants, qui seront créer en fiches par la suite... Ou encore les joueurs qui veulent se retrouver avec un pnj amoureux à leur côté... Ceux qui jouent les romantiques, transis de passion, très fleur bleu, avec déclaration d'amour, scène du premier baiser...
Sans compter, toute les scénes grivoises que certains essaient de provoquer...
C'est pas triste !

Et les échecs critiques en charme sont toujours un grand moment de rigolade...

A bientôt...

 

Commenter cet article

Full MJ alchemist. 30/07/2009 10:01

Ouais, faut que je penses à me raser, et à apporter du maquillage pour les prochaines parties... ;-)

nicoma 30/07/2009 08:49

flirter...
c'est marrant, ça me fait exactement le même effet quand tu me dragouille avec un PNJ... je ne peux m'empêcher de regarder ta barbichette !