Eaux noires et peur bleu...

Publié le par Narrateur de jeu

Dimanche 28 juin, un groupe d'investigateurs s'est retrouvé coincé dans un phare isolé en mer Irlandaise... Récit d'une épreuve...

Mais faisons les présentations :
                                                                                         Sébastien Couval (Thomas)
                                                     Lucas Landru (Barnabé)

                                Jean Monet (Louis)                                                                    Nathanaël de Diouron (Pierre-Louis)
Marc Guarnec (Fabien)
                                                                                                                                Katty O'field (Enzo)

Le Duc de Diouron,  très riche mécène et hommes d'affaires, acommpagné de ses meilleurs amis, l'écrivain Jean Monet au succés grandissant, son médecin renommé Marc De Guarnec, son homme "d'esprits" Lucas Landru aux affaires étranges et mystiques... se rendent en villégiature en Irlande.
Après un séjour agréable en Angleterre, les voila à Liverpool, pour embarquer sur le ferry qui va à Dublin. Mais lorsqu'ils arrivent au quai d'embarquements, le ferry est déjà loin. A la gare maritime, on leur indique le nom d'un capitaine et de son bateau "Mary's Galloway" qui fait route, quelquefois avec passagers, à Dublin. Ils profitent de l'occasion et rencontrent ce capitaine, Tyler Sappletown, et à bord deux personnes, dont une ancienne connaissance ! Sébastien Couval ! Un sombre détective "bolchévik" comme le nomme le Duc ! Et Katty O'Field, une scientifique discrète. Deux groupes, deux univers que tout sépare ! Tout de suite les choses sont misent au point. Le Duc de Diouron et Mr Couval ne s'entendront pas ! Les noms d'oiseaux fusent en tout sens, comme deux vieux frères qui auraient trop longtemps vécus ensemble...



Mais c'est la nature qui rappel tout le monde à l'ordre sur le peti Yatch. En effet une tempête soudaine s'est levée, il faut acoster d'urgence sur le petit ilot isolé du phare de Bryn Celli Ddu.
Des débris étranges flottent à la surface le long de la côque, un navire fait brusquement irruption dans la crique devant celui de nos compagnons, des ombres étranges dans les eaux noires se faufillent entre les rochers, surement des phoques...
Une ambiance étrange, comme une brume surnaturel, se dresse autour de cet ilot.



Sur les quais primitifs, un homme est à terre, ageunouillé près de lui, un marin. Ces deux personnes étaient sur le chalutier aperçu peu avant. L'un deux, le passager, le Docteur Stoner, a glissé en montant sur les marches en pierres qui mènent au phare et s'est ouvert le crâne. Ses jours sont en dangers ! Heureusement le Docteur De Guarnec lui administre les premiers soins. Il est alors transportable. Tout le monde se dirige donc vers le phare et ses annexes...



Trés vite l'angoisse monte. Une ombre furtive dans le couloir, un gardien de phare étrange, un marin aux regards inquiétants, quelqu'un à l'extérieur dans la tempête, une photo brulé, une carte suspecte sur laquelle est dessiné un pentagramme, un cri lugubre... qui n'est d'autre que le vent qui s'engouffre dans le hall en pierre du rez-de-chaussée. Et le docteur Stoner qui, lorqu'il reprend brièvement conscience murmure dans ses râles, des phrases énigmatiques, et ses écorchures anormales qu'il a à l'intérieur des mains. Il y a aussi ces marques et ce trou sur la coque du Mary's Galloway, on a donc tenté de le saboter. Et le niveau de l'eau qui monte de façon spéctaculaire...

Le petit groupe, désemparé,  décide alors de demander à Mr Landru Lucas de procéder à une séance de spiritisme pour obtenir des réponses à leurs questions... mais les réponses sont étranges...
Au cours de la séance Mr Monet posera LA question qui fera basculer les esprits les plus cartésien :

"Mr Couval, croyez vous au domaine du paranoïaque ?..."



Bon l'effet obtenu n'est pas celui désiré, tout le monde est mort de rire ! Hé oui, on dit paranormal normalement, ça la fou mal pour un écrivain ! Mais là, nous étions tous tellement pris dans l'ambiance du jeu, que rire un bon coup, à permis d'éviter à quelques cafetières de sauter, et aussi à nous épargner la perte réelle de santé mental...
Parfois au cours de cette partie, un joueur se tournait vers moi, le regard perdu, le menton tremblant, me disant :" mais pourquoi tu nous fais ça ?..." ou bien
"pourquoi c'est toujours moi ?"
Et il y eu aussi de grand instant de silence angoissé, où les joueurs tendu et attentif aux moindres détails, écoutaient le récit oppressant de leur aventure :

Le gardien du phare va à sa chambre chercher un livre. Puis, c'est Irvin Winfall, le marin qui va s'enquérir de la santé du Docteur Stoner. Plus tard c'est au tour du Capitaine Sappletown, de quitter la pièce pour chercher Farlan qui met un temps fou à revenir. Puis Ketty O'Field et Mr de Guarnec, et Mr Monet, et Mr Couval...
Au cours de cette curieuse séance de spiritisme les gens s'absentent les uns après les autres...
Et ne reviennent pas ??? ...


Seul, retentit le grondement des vagues monstrueuses se brisant sur les falaises de l'îlot...

Et George Farlan chante :

" Parfois je me tiens sur le rivage
Où les peines déversent leur émanations,
Les eaux agitées soupirent et crient
Murmurant des secrets qu'elles n'osent prononcer..."

Commenter cet article

Nathanaël Duc De Diouron...le cocu^^ a Cthullu 06/07/2009 13:42

bin la super malchance de thomas: trois echec critique sur sa meilleur compétence^^...et moi j'ai fait sept reussite critique(pas mal hein ??? c'est pas nico qui a cette chance^^) et j'ai résussi tout mes jet de dé sauf un !!! j'ai eu le cul bordé de nouilles se soir là...autre anecdote on l'à fait chez moi et pas a la caverne...

Full MJ alchemist. 06/07/2009 11:28

Pour la suite, ça dépend ! Il y a encore un groupe qui n'a pas fini cette aventure. C'est pour cette raison que je ne parle pas de ce qui se passe ensuite. Par contre, si il y a des anecdotes dont tu te souviens tu peux en faire par ici, car moi j'ai un peu oublié.

Fabien 05/07/2009 13:59

Quel bon compte-rendu de cette magnifique soirée ou j'ai bien failli perdre des points de santé mentale moi-même.
Maudits soient mes des qui font assez souvent des bons jets.
Se retrouver tout seul avec notre cher MJ dans un couloir sombre est tout juste terrifiant.

(que c'est dur d'écrire sur un iPod quand on est pas chez soi..)

Nathanaël 05/07/2009 12:03

Tu va faire un autre article ? parce qu'il manque des truc...

Nathanaël Duc de Diouron 04/07/2009 16:19

Génial comme scéance...y avait une bonne ambiance dans mon garage^^..."Croyez-vous au paranoïaque ???"...