Extraits de parties de Shadowrun par Fabien (Re'Sha).

Publié le par Narrateur de jeu


[...]"Je voulais que tout soit parfait et que l'on ne me reproche rien. Les heures passent et j'examine encore et encore. Trop excitée pour accorder de l'importance à autre chose. A neuf heures moins le quart, les premiers arrivent, encore et toujours avec leurs armes dans les holsters. Nous attendons le reste de la troupe, ayant rendez vous ici, en s'imaginant tous les scénarios possibles.
A neuf heures piles nous prennons la route vers les docks, le second groupe doit nous y rejoindre par leurs propres moyens. Tout se passe sans encombres. Aucunes patrouilles de police, aucune circulation, aucuns gangs. Avant la demi, nous sommes sur place et commençons à établir un plan. Chaque possibilitée, chaque éventualitée est abordée alors que nous avons deux heures et demi de temps libre.
Déjà, qu'attendons nous ?
Et bien selon Saya, nous devons effectuerun échange a cet endroit... mais rien de plus.
Il est convenu des places de chacun pour bénéficier d'un éventuel effet de surprise.
Il est convenu que le nain et la tireuse d'élite (privée  de son arme), se placent sur le toid'un hangar, pour avoir une vue général sur la zone. Pour ma part, je m'installe à bord de ma voiture à côté du même hangar, dans un endroit où on peut pas trop me voir. Le  temps restant passe plutôt vite. Nous parlons tranquillement bien qu'à des moments un lourd silence règne. Un silence m'angoisse des fois, car je crains que notre contact surgisse à n'importe quel moment, entouré de dizainnes d'ennemis, souhaitant récuperer la malette par les armes.
Nous attendons encore et encore. Peu à peu l'échéance approche. Nous prenons tous nos positions. Moi, avec certains, dans la voiture au côté du hangar, le nain et la sniper, sur le toit, et le reste,  dans les alentours.
Ce calme est toujours angoissant, nous n'entendons même pas le canal, ni même l'Orne qui sont poutant plus que prôche.
Alors que nous parlions de tout et de rien, un crissement aigüe perce la conversation, tout nos regards convergent vers la route proche, le son s'amplifie peu à peu.
Puis d'un coup, une voiture surgit au loin, ricoche contre un mur pour ensuite s'encastrer au milieu du rond point. Saya part avec quelques membres pour inspecter le véhicule. Je reste à bord du mien, prête à intervenir. Les deux qui sont sur le toit sont déjà en train de descendre pour nous rejoindre. Les autres avancent assez rapidemment pour voir l'état du conducteur. Saya m'informe rapidemment, une fois sur place, qu'in sagit tout d'abord d'une conductrice et que la voiture est criblée de balles. Quelq'un sait où doit se passer l'échange et ce quelq'un ne devrait plus tarder. Saya récupère la malette de la voiture puis retourne rapidemment vers les véhicules.
D'un coup, une forte brise se lève au nord, je regarde rapidemment, et...
découvre deux hélicoptères de guerre fonçant sur nous. je ne prends pas le temps de réfléchir et m'engage sur la route tout en sortant le canon.
Ce soir grillade d'oiseaux !
J'avertis Saya que je vais tirer. Je sens mon esprit s'unir à la voiture, activant la moindre fonctionnalité, vise le premier hélico, et tire. Celui ci se prend l'hobus en pleine face !
Il explose et touche l'autre appareil avant de s'écraser sur le sol.

Le second appareil touché, vacille, et s'approche dangeureusement du sol, malgré tout il réussi à larguer quelques hommes. A cet instant, je ne pouvais que me réjouir, jusqu'à ce que je vois la suite. Un van, problablement corporatiste, fonçant à toute allure vers nous. Alors que les derniers reviennent vers nous, une boule de feu jaillit du haut du van et heurte de plein fouet un de nos deckers qui s'appelle Jack Shadinem. Du haut de ce van se trouvait un mage de combat tranquillement installé sur une plate forme et desormais à l'abris, à l'intérieur.
Si je continue à rouler avec ce groupe, cela serait intéressant d'en placer une...
Je m'arrète en toute urgence à côté du corps sanguignolent pour le charger... Et dire que j'avais néttoyé les sièges il y a deux jours. Les autres tiennent au combat des sortes de samouraïs rouges.



Le véhicule ennemi se garre à toute allure contre le bâtiment où nous étions et en font sortir une sorte de robot au corps et surtout aux poings démesurés. Je pense qu'il est temps de quitter le coin. J'embarque les derniers alors que les balles commencent à pleuvoir autour de nous. A l'instant où il semble opérationnel, je pile sur l'accélérateur pour m'éloigner rapidemment en espérant les semer. Ceux qui ne sont pas dans la voiture se débrouillent par leurs propres moyens pour nous rejoindre plus tard. La route déffile sous ma voiture, et plus aucune trace des corporatistes. Nous roulons encore pendant cinq bonnes minutes avant de nous arréter devant l'appart' d'un de nos coéquipiers. Le second rendez-vous aura lieu dans la soirée" [...]



                     Fin du premier extrait.






[...]"Ils m'installent au premier ordinateur, puis je ramène la voiture, c'est à ce moment que je réalise où je suis grâce au GPS. Le lieu que la femme nous avait fortemment déconseillé :" Le bosquet des druides". C'est comme ça qu'ils savent ce que nous transportons. Le trajet se passe sans aucun problème, si ce n'est que je sens que je vais la récuperer dans un état pitoyable. De nombreux troncs jonchent la route.
Une fois la voiture arrivée à destination, ils se hâtent de quitter le souterrain, me laissant avec deux "gardes du corps". Je reste sur le même siège à attendre passivement la suite des évènements. Le silence le plus profond règne dans la salle, seulement perturbé par la respiration de mes deux geoliers.
J'attends, longtemps, trés longtemps. 
D'un coup, d'un instant à l'autre, l'ambiance monte.
Des cris s'élèvent à la surface. Tout se passe trés vite, au bout d'une longue minute, un orc arrive dans la salle au pas de course, du sang on ne peut plus frais, ainsi qu'une substance pourpre, un peu gélatineuse sur ses vêtements. Ils m'entrainent dans les profondeurs de leur avion, traversant une pièce puis un long couloir pour enfin déboucher sur un gigantesque hangar, d'au moins quatre-vingt mètres de long, sur cinquante de large.
Des centaines de caisses sont empilées au fond de la salle. Une véritable caverne tel nos contes d'enfant. Ils me balancent à quelques mètres d'eux , tel un sac de patates inutiles. M'ignorant, ils commencent à barricader l'unique porte grâce à des poteaux en fer. Ils mettent ensuite plusieurs autres barricades puis installe un fusil mitrailleur sur pied juste devant une fenêtre de tir de la porte. Ils attendent ensuite que l'ennemi vienne pendant que l'orc salement amoché rend ses derniers souffles.
Et si ceux qui ont déclenché cette panique étaient de mon camp ?
Si Saya et le reste nous ont retrouvé et viennent nous sauver ?
Mais un doute subsiste, comment peuvent t'ils neutraliser un village entier ?
Armé qui plus est. En tout cas, ils ne devraient plus tarder, et il faudra que je saississe ma chance si ils ne sont pas de mon équipe.
Je me lève discrètement puis me dirige vers le fondde la salle, maintenant que mon "surveillant" est mort. Quelques secondes plus tard, l'orc fait feu avec sa mitrailleuse. je me retourne brusquemment et manque de pousser un cri de surprise. Je me hâte d'arriver au fond, d'un coup la détonation d'un fusil plonge la salle dans le silence, suivit d'une exclamation

: " Les nains savent recevoir! Mais ils redonnent encore mieux !"

Sur le coup, je suis sure que c'est mon groupe, qui est assez fou pour clamer ça ?
Je les laisse se débrouiller pendant que je pars fouiller le fond. Au bout de trentes secondes, je trouve un inventaire le long du mur, et j'en reste bouche bée !
Une véritable caverne d'Ali Baba !
Une liste de plusieurs dizainnes de pages avec pour chaque éléments le référence du container. Je me dirige vers un qui contient des armes, dans le cas où le dernier serait encore en vie et fasse de la resitance.
Soudain, un objet attire mon attention, un appareil couvert par une grande bâche.
J'oublie sur le couple groupe, trop intriguée par cette forme qui m'est étrangement familière.
En ont ils finit avec l'orc ?
A vrai dire je m'en fiche, pareil pour la porte.
Je tire d'un grand coup la bâche sur le côté. Sur le coup, je reste interloquée, il ne m'était même pas venu à l'esprit de savoir par quels moyens ils ont amené les containers, bien plus gros que la porte ici. Je lâche la liste, prise de surprise, devant moi se dresse un véhicule désormais sans utilisateur. UN APV !!! (appareil à poussée vectoriel).
Je m'occupe juste à le regarder, l'éffleurer du bout des doigts. De quoi rêve l'homme si ce n'est de voler.
Les autres me rejoignent quelques minutes aprés et commencent à me raconter ce qu'ils ont fait depuis notre séparation. Pendant que je continue de regarder mon futur véhicule toujours aussi désorientée. Une fois qu'ils tombent sur la liste, ils sont tout aussi étonnés que moi. Vingt minutes plus tard nous savons ce que l'on prend.
Je me dirige en première vers une caisse contenant des armes pour en récuperer une convenable, étant donné qu'ils nous ont pris les nôtres. Je sens que je vais regretter mon Viper. Je retrouve un petit flingue avant de retourner à l'APV. Cela fait quelques mois que j'ai arrétée de m'y intérésser, étant donné leurs prix exhorbitants.
A vrai dire je me suis beaucoup documenté sur ceux ci, c'est donc sans trop de mal que je démarre l'appareil. Les autres chargent peu à peu celui ci. En attendant, j'essaie de localiser ma voiture. Ce n'est pas parceque l'on obtient un nouveau véhicule, qu'il faut oublier l'ancien. Cela risque de coûter cher à interfacer, mais cela vaut le coup, je le sens. 
Au bout d'une demie-heure supplémentaire, nous sommes enfin prêts. Sur une partie du tableau de bord, est bricolé une commande permettant l'ouverture du plafond. Une fois que je décolle, une sensation monte en moi. La sensation de voler, de pouvoir aller n'importe où est si agréable. Je manoeuvre comme je peux pour quitter le souterrain.
Les autres me racontent tout ce qui s'est passé. De l'assaut du camp, jusqu'à tout de suite.
Pour l'histoire de "l'arbre", certains ont réussi à s'éloigner sur le coup de la panique, alors que nous étions plongé dans une profonde torpeur. Ils ont ensuite pris d'assaut le camp, localisant tout ceux du groupe, sauf moi. Leur procés (jugés par les orcs du camp) continuait et Jack avait été pris à part par notre étrange homme.
L'assaut avait été lancé par notre sniper, qui tuait tous les orcs qui tombaient sous son viseur. Le chef, accompagné de quatre gardes du corps s'était enfui vers l'avion-souterrain, avant d'être abattu, lui et trois de ses gardes à quelques mètres de la porte. Le dernier entra et dévérouilla la porte avant d'avertit mes
geoliers.
A ce moment l'étrange magicien prit la défense du groupe en reprennant sa forme d'arbre.
Mais cette fois ci, ils ne furent pas affectés par la terreur qu'il propagea la première fois.
Des sortes de vagues de magie parcourut le sol selon leurs dires. Les orcs du camp couraient en tout sens, se faisant faucher par les branches de celui-ci. Ils se regoupèrent rapidemment pour me récuperer, la porte étant vérouiller, la russe de l'autre groupe sortit un lance-roquette pour littéralement l'exploser. Avec de la chance, ils prirent la bonne porte et arrivèrent dans une petite salle avec quelques postes branchés entre eux.
Une porte avec un boitier électronique. Quelques secondes aprés, les murs bougèrent et commencèrent à écraser la pièce. Trés vite le decker s'installa à un poste et commença à pianoter sur son clavier. Une éternité selon eux, jusqu'à ce que le plafond s'arrète à quelques centimètres du sol.
Saya chargea son Viper avec des balles explosives, quelques tirs aprés, la porte gisait par terre, totalement détruite et incandescente. Vingt mètres plus loin, ils arrivèrent de nouveau à un croisement. La suite alla trés vite pour eux. Ils virent les deux orcs juste au moment ou ils leur tirèrent dessus. Alors que la leader esquiva, le nain prit tout dans le torse. Il cria dans un accés de fureur :" Les nains savent recevoir! Mais ils redonnent encore mieux!", avant de lâcher une décharge de fusil à pompedans la tête de son assaillant.
Alors que le second orc voulut utiliser la mitrailleuse, une balle se figea dans sa tête, tiré par notre sniper, qui s'était bien cachée au dernier embranchement.
Ils défoncèrent la porte rapidemment pour arriver sur les deux orcs à la tête fumante, puis prés de moi, à côté de l'APV, pour arriver à cet instant présent."[...]

                                                            FIN du deuxième extrait.

Voilà! Les extraits sont tirés des récits de vos parties écrites par Fabien et retranscrits à la virgule prés par votre serviteur.
                                                                                A+ Grand MJ mangeur de gâteaux.

Commenter cet article

Lampil 09/12/2007 13:14

Au fait c'est quand le prochain JDR ?????

fabien 08/12/2007 12:58

Merci Adrien, tu m'ôtes d'un doute. :)
En tout cas, un grand merci à toi d'avoir pris le temps de retranscrir ceci, et j'espère que tu as pris du plaisir en le lisant. :>

Grand MJ mangeur de gâteaux. 08/12/2007 12:12

Non en fait tu n'y est pour rien Fabien.
Je m'explique : Sur le passage de la boule de feu tu avais laissé un blanc pour le nom du decker qui s'était fait cramé? Et j'ai cru que c'était Thomas Lamber. Donc désolé Enzo, la faute de mémoire me revient.Mais j'ai corrigé dans le texte, et c'est oublié. Ou plutôt non on est pas prêt d'oublier, qu'il y a un joueur qui se fait cramer, assomer, voir tuer a chaque partie... héhéhé ;)
Merci de nous le rapeller... ;)

fabien 08/12/2007 11:19

Han désolé Enzo ! Que je sois maudit si ma mémoire m'a fait défaut.
Je corrigerai ca samedi prochain, quand adrien me les rendra, mais que si tu me rappelles le nom de ton perso. :>

Ex Marc Dolévine 07/12/2007 20:33

Mais euhh ..... pourquoi on attribut le mérite du foirage aux autres !!!!! C'est moi qui me suis prit la boule de feu dans ma gueule et pas Pierre-O ! Pffff aucun respé pour les chairs à vifs ici -_-

Lampil 07/12/2007 17:56

C'est tout moi sa...je parle bien sur du nain...sinon je voudrais dire chapeau et félicitation a mon medecin de famille a chtullu pour cette etonante et bien écrites réalisation !!!!

fabien 07/12/2007 17:18

Han j'me rend compte que j'ai laissé des fautes. :s

Pirates des ... Euh Pavillon noir dispo pour la semaine prochaine adrien. :>