Draguer avec son MJ...

Publié le par Narrateur de jeu

Dans le jeu de rôles , le "roleplay", la théâtralisassions si vous préférez, est indispensable. C'est une des composantes essentielles, qui en fait son si grand intérêt. Et puisque l'on incarne un personnage, il faut le rendre crédible avec ses défauts et ses faiblesses. Mais là où ça peut très vite dégénérer, c'est quand les sentiments s'en mêlent. Les personnages aiment et ressentent, et parfois ils ont même comme quête de rencontrer leur moitié. Et là, il faut charmer, séduire, conquérir, plaire, draguer, fleur-ter... sans parler des suites... Et si l'on y mêle le rôleplay, alors là, une fois sur deux, ça dérape... C'est dans ce genre de situation, qu'il faut avoir beaucoup d'imagination pour réussir à faire abstraction de l'entourage...

Il y a aussi les joueurs(joueuses) dragueurs (dragueuses), qui ne peuvent pas s'empêcher de coller de la "romance" partout où ils passent, et quelquesoit le style et l'ambiance du jeu.





Là dessus la palme revient à la frangine , et son personnage de SdA, Fréméric Darie, un guerrier du Gondor qui drague tout ce qui bouge... et quand je dis draguer... (On a affaire là au personnage bien gras et vulgaire, qui n'a rien à faire dans une saga de ce genre, et qui salit en quelques secondes des heures des scénario préparé avec passion.)

Dans ses hauts faits :

- il y a l'arrêt d'auberge, ou :
serveuses (pas l'temps je travaille),
patronne (NOM MAIS DITES DONC !!!),
jeunes filles (haaaaa ! mais vous sentez l'écurie !...),
paysannes (ha mais j'aperçois mon mari qui rentre),
cuisinières (mais arrêtez voyons, je dois servir les clients),
prostituées(hé non vous n'avez pas assez d'argents),
 tout y passe...

Et pour ne pas ralentir le jeu il me fallait à chaque fois trouver une raison différentes pour systématiquement repousser l'ardent jeune guerrier. Tout ça pour finir par m'entendre dire : " Mais y a rien de baisable dans ton auberge, tu le fais exprès pour m'emmerder ! En plus je joue mon perso comme il est là !." Yeah ! Je suis sur que Tolkien apprecierait... Dans le genre beauf, ça se pose là !
 

Et ça ne s'arrête pas là :


- la défense de la jeune fille maltraitée, oui ! MAIS uniquement dans l'espérance d'une récompense en nature...

- se faire la fille de l'orfèvre dans une pièce voisine pendant que les copains eux, bossent, essaient d'obtenir des informations avec l'orfèvre, et de faire avancer l'histoire...

- a draguer le perso féminin d'une autre joueuse qui étant nouvelle, était un peu gênée du rentre dedans de la frangine. Et qui de tout façon fini par se faire rembarrer quand même... (Encore une joueuse qui sera dégouté du JDR, à cause du comportement vulgaire et grossier d'un des membres...)

-a Cthulhu, en 1920, plotter (masturber, après avoir fait tomber le pantalon)  un PNJ qui venait d'être torturé, pour obtenir enfin des informations, et ceux devant l'assemblée des autres PJs... (quelle bonne idée !)

Bref on ne s'embête jamais avec la frangine... Tout dans la finesse ! Quel Héroïsme dans ses personnages... 
Mais j'en connais d'autres, qui sont pas mal aussi...
Entre les joueurs qui font de la romance entre leur personnages respectifs, voir même qui veulent des enfants, qui seront créer en fiches par la suite... Ou encore les joueurs qui veulent se retrouver avec un pnj amoureux à leur côté... Ceux qui jouent les romantiques, transis de passion, très fleur bleu, avec déclaration d'amour, scène du premier baiser...
Sans compter, toute les scénes grivoises que certains essaient de provoquer...
C'est pas triste !

Et les échecs critiques en charme sont toujours un grand moment de rigolade...

A bientôt...

 

Soyons fous !

Publié le par Narrateur de jeu

Salut tout le monde ! J'ai récemment envoyé un mail pour connaître les disponibilité de chacun pour cet été. Et comme d'habitude beaucoup d'entre vous sont très pris ! Normal ! C'est l'été !
Chez les vieux, c'est l'hécatombe ! Entre ceux qui ne répondent pas, et ceux qui sont tellement surchargés que je me demande comment ils respirent, les prochaines parties ne sont pas avant un moment.

Chez les jeunes, c'est déjà plus souple... Mais c'est loin d'être simple !
Les départ en vacances, les jobs d'été, bref....

MAIS ! Il reste une chtiote petite minime possibilité de se faire une partie de donjon...

Demain ! Vendredi 24 Juillet ! Aïe ! Oui ça fait tard pour prévenir... Et en plus ça ne serait pas à la caverne, mais à la ludothèque, à Caen...
Sinon, il faudra attendre fin aout pour votre prochaine session.

Alors d'après les réponses que j'ai eu, Louis, Pierre-Louis et son ami, et Fabien pourraient éventuellement venir faire un  DONJON !
(Evidemment si des vieux peuvent, et veulent, venir, ils sont les bienvenus)

Pour la ludothèque pas de soucis, je peux réserver la salle, et la première après-midi est gratuite. Et pour savoir comment venir voici le plan :

C'est un peu tordu, après la sortie Pierre-Heuzé,  il faut prendre et suivre le boulevard Général Vanier (le haricot), apercevoir le panneau A.M.V.D (siège), passer sous un porche d'immeuble, aussitôt après tourner dans un parking à droite, aller au bout du parking, repérer le panneau LUDOTHEQUE, au dessus de l'entrée d'immeuble, et sonner au bouton A.M.V.D, c'est moi qui viendrait répondre. Vous pouvez venir à partie de 13 heures.

Voilà ! Si vous ne pouvez pas venir, ce n'est pas grave, on patientera jusque fin août.
Et puis après tout j'aurais au moins essayer. Qui ne tente rien, n'a rien...

Eaoden à l'honneur.

Publié le par Narrateur de jeu

Eaoden Himmistrel.
Humain du Rohan
Guerrier cavalier
30 ans Cheveux blonds Yeux marrons 1m85 80kg

Progressions (5)
 
ATTRIBUTS :
Esprit 7 (+0) Force 12 (+3) Perception 7 (+0)
Prestance 8 (+1) Vitalité 11 (+2) Vivacité 8 (+1)

REACTIONS :
Rapidité +1 Sagesse +0 Vigueur +4 Volonté +0
Initiative +1 Défense +11 Renom 15 Courage 5

COMPETENCES développées :
combat à distance +4
combat armé +9   spécialités : épée +15  lance + 11  bouclier +12
équitation +8  spécialité : Mearas + 10
guérison +2
guerre de siège +2
inspiration +2
intimidation +2
langages :  ouistrain +7  Rohirric +7
observation +2
savoir (domaine) le Riddermark+7

CAPACITES et AVANTAGES :
adaptable
compétent
règne des hommes
arme favorite : épée
rapidité au combat
Aguerri
sens de l'honneur
vision nocturne
main lourde
maître d'arme : épée

NOTES :

Né à la prestigieuse Edoras,  dans une famille renommée, Eaoden Himmistrel avait tout pour porter la marque d'un grand destin. Comme l'espérait ses parents...
Mais dés sa naissance, l'ombre s'abat sur le jeune Eaoden. Sa mère meurt en couche, en le mettant au monde. Son père, le valeureux Eathrède, garde royal du fameux roi Helm, brisé par la mort de sa femme, reporta sa colère sur son fils, et l'exila loin d'Edoras, à l'ouest de la Marche, dans une famille de fermier.
Eaoden grandit donc dans l'Ouestfolde, prés des frontières du pays de Dun, où les barbares font de régulières incursions de pillages. Fort heureusement pour Eaoden, les fermiers qui l'élèvent possède également de grandes écuries, et sont d'habiles cavaliers. A tel point qu'Eaoden saura tenir en selle à 8 mois, avant même de savoir marcher. D'ailleurs Eaoden mettra beaucoup de temps à apprendre la marche et se révèle plus lent que la plupart de ses camarades de jeux. Vers 6 ans, toujours plus lent que les autres, il devient vite la "tête de suderon" des autres enfants et se réfugient à chaque fois aux écuries de la ferme, préférant la compagnie des chevaux à celle de ses camarades. Eaoden passe beaucoup de temps, à cheval, se promenant toujours plus loin et rêvant d'autres endroits à explorer, plutôt que ce quotidien morne et gris. Mais à la suite d'une escapade trop lointaine, aux environs de ses 15 ans,  Eaoden tomba dans une embuscade de Dunlendings, qui se servirent de lui pour appâter sa famille adoptive. Mais son père adoptif, ayant eu vent de sa mésaventure avait préparé un groupe de cavaliers armés pour déjouer ce piège. Ce qu'ils firent avec une grande aisance.
La vision de ces cavaliers en cottes de mailles scintillantes au soleil, ces heaumes ornées de têtes de chevaux incrustée d'or, et la puissance des Mearas au galop, imprima fortement en Eaoden une volonté de devenir comme eux un jour.
Malheureusement pour Eaoden, son père adoptif, fou de rage, l'interdit de remonter à cheval pendant un an ! Son père adoptif voyant surtout en cette punition, un moyen de socialiser Eaoden. Mais ses faibles attributs, et sa lenteur d'esprit, fait systématiquement de lui un bouc émissaire dans son entourage. C'est alors que la plus improbable des rencontres va ouvrir Eaoden aux autres. Dans une ferme voisine, une famille a recueillit un jeune nain, réfugié des Monts du Fer, du nom de Goram. Leur amitié est immédiate. Tous deux différents des autres, tous deux isolés de l'endroit qui les a vu naître, tous deux cavaliers, tous deux initiés aux armes. Ils ne se quittent plus...
Et l'année suivante, pour ses 16 ans, son père adoptif, lui offre son Mearas : Sillnalir.
Marquant ainsi la fin de la punition. A partir de ce moment, Eaoden est rarement au village ou à la ferme. Sillnalir et lui deviennent inséparable, mangeant et dormant ensemble. Même l'amitié avec Goram, eu à en pâtir, Eaoden étant en permanence à galoper à travers tout le Riddermark. C'est lors de cette période qu'Eaoden, devant subvenir lui même à ses besoins, effectue de petites missions de messagers d'une ville à l'autre, ou d'escortes de caravanes marchandes, en bordure de frontières. Escortes qu'il fera parfois en compagnie de Goram.
Ces petites missions vont l'amener à Edoras, il a alors 25 ans. Il espèrent alors rencontrer son véritable père. Après de longues démarches, il a enfin l'opportunité, de franchir les portes du châteaux d'or de Meduseld. Mais la rencontre avec son père, Eathrède, n'est pas celle qu'il espérait. Celui ci fit mine de ne pas reconnaître Eaoden et le chassa ! Eaoden rentra alors dans une fureur noire, et déclencha un scandale en plein palais. Il fut évacué et jeté dehors par les gardes royaux. Alors qu'il était encore au sol, son père sortit à son tour, épée à la main, et déclara à Eaoden, que les morveux comme lui devaient recevoir de bonnes leçons pour comprendre la vie et l'attaqua aussitôt. Eaoden meurtrit se défendit de toute son âme. Mais ses connaissances guerrières ne firent pas le poids face à l'expérience du vétéran d'élite. Et Eaoden reçut une correction cuisante. Gravement blessé, il fut ramenné, à la ferme de ses parents adoptif.
Une longue convalescence commence alors, dans laquelle Eaoden lira quelques traités sur l'art de la guerre, pour pouvoir devenir le grand cavalier qu'il espère être un jour, et se venger de son père.
Mais à l'aube de ses 30 ans un évènement majeur va venir bouleverser sa vie de rohirrim. En effet il est choisi par son père adoptif pour représenter le peuple de la Marche, à un conseil d'Elrond à Fondcombe. Tous les autres cavaliers ayant refusé, il ne reste qu'Eaoden, qui, y voyant une opportunité de sortir enfin de ce quotidien devenu un carcan, accepte immédiatement. De plus, dans la famille voisine, c'est Goram qui est choisit. Ils feront le voyage ensemble. C'est une petite troupe qui quitte le Rohan, des cavaliers ayant été choisits dans tout le pays. Mais à la frontière nord une embuscade tendue par les orques des Monts Brumeux, tombent sur la compagnie. Dans un étroit conduit de pierres, avec quantité d'archers orques dans les hauteurs, c'est un véritable carnage. Grâce à Sillnalir, Eaoden s'en sortira, avec Goram en croupe. Ils seront d'ailleurs les seuls à s'en sortir, et deviendront les représentants du Rohan au conseil d'Elrond. Il rencontre une compagnie hétéroclite d'aventuriers et se voie chargé, avec eux, de ramener des armes cachées au fin fond d'un désert Haradrim.
De nouveau, il est le quolibet, des compagnons de son groupe, étant lent à la détente en esprit, comme au combat.
La grandeur d'Eaoden se révélera plusieurs mois plus tard lors d'une gigantesque bataille, qui opposera des Elfes et des Gondoriens, aux troupes maléfiques d'Umbar.
Eoaden se révèle être un fin stratège, un meneur d'hommes et un cavalier hors pair. A la tête, des troupes de cavaliers du Gondor Eaoden devient ce qu'il avait rêvé, étant jeune. Il défait systématiquement les unités adverses, tuant aussi Borok, un célèbre chef de guerre orc.
A 30 ans Eaoden commence à entrevoir son avenir plus sereinement, et pense à revenir un jour à Edoras. Mais pour l'heure, il profite des instants passés avec ses compagnons de routes qui, au fil de ses derniers mois, sont devenus de véritables amis.

Programe de l'été.

Publié le par Narrateur de jeu

Bonjour à toutes et à tous !

      Cela peut paraître étrange, voir paradoxal, mais la période des grandes vacances est la plus dure pour réunir un groupe de joueurs.
Donc dans un esprit d'organisation et de détermination, je demande à tous de m'envoyer, sur cet article, leur disponibilitées pour cet été.
Ainsi nous organiserons des parties en fonction des libertés de chacun.


Et comme d'habitude, les premiers arrivés seront les premiers servis.
Dans l'attente de vos réponses, votre dévoué  :   Full MJ alchémist.

Et si on se faisait un Donjon ?

Publié le par Narrateur de jeu

Salut les trollistes !

Et si je vous balançais à la tronche, comme ça, que dimanche prochain, le19, on pourraît se faire un p'tit donjon en passant :
"les regrets du lapin nécromancien"

Dont voici le pittoresque panorama de son châteaux hanté.


Oui bon évidemment comme je ne sais pas qui est en vacances et qui ne l'est pas, je ne sais pas encore si tout le monde sera là et si on pourra jouer.
Au pire on jouera en effectif réduit.

J'attends vos réponses...